F381 Mediaboard


Syllabes, vers et rimes
http://users.skynet.be/fralica/refer/theorie/annex/versif.htm

Genre littéraire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_litt%C3%A9raire

Web for Medieval Source-based Textual Scholarship
http://www.utm.edu/staff/bobp/vlibrary/codicol.shtml     

Ballade franco-latine
 
Parfont conseil, eximium,      
En ce saint livre exortatur    
Que l'omme in matrimonium      
Folement non abutatur. 
Raison : le sens hebetatur     
De omni viro,  quel qu'i soit. 
Fol non credit  tant qu'i reçoit.      
 
Et constat, par cest lecçon,   
Pour conservervim et robur,    
Prestat  ne faire mot ne son,  
Souffir et escouter murmur ;   
Si conjunx clamat  «Ad ce mur ! »,     
Fingat  que pas ne le conçoit. 
Fol non credit  tant qu'i reçoit.      
 
Fortïor multo  que Sanson      
En cest assault covincitur ;  
Contra  de Venus l'escusson   
Le plus fort bourdon plicatur
[...................................................-ur ]     
Sed quisquis  pas ne le conçoit.       
Fol non credit tant qu'i reçoit.      
 
Prince tres saige, legitur     
Quod astutior  s'i deçoit :    
Le mieulx nagent y mergitur.   
Fol non credit tant qu'i reçoit. 





Je meurs de soif en couste la fontaine

Je meurs de soif en couste la fontaine ;
Tremblant de froit ou feu des amoureux ;
Aveugle suis, et si les autres maine ;
Povre de sens, entre saichans l'un d'eulx ;
Trop negligent, en vain souvent songneux ;
C'est de mon fait une chose faiee,
En bien et mal par Fortune menee.

Je gaingne temps, et pers mainte sepmaine ;
Je joue et ris, quant me sens douloreux ;
Desplaisance j'ay d'esperance plaine ;
J'atens bon eur en regret engoisseux ;
Rien ne me plaist, et si suis desireux ;
Je m'esjoïs, et cource a ma pensee,
En bien et mal par Fortune menee.

Je parle trop, et me tais a grant paine ;
Je m'esbays, et si suis couraigeux ;
Tristesse tient mon confort en demaine ;
Faillir ne puis, au mains a l'un des deulx ;
Bonne chiere je faiz quant je me deulx ;
Maladie m'est en santé donnee,
En bien et mal par Fortune menee.

ENVOI
Prince, je dy que mon fait maleureux
Et mon prouffit aussi avantageux,
Sur ung hasart j'asserray quelque annee,
En bien et mal par Fortune menee.
Charles d'Orleans

Epître à Marie D'Orléans
Dit de la naissance Marie d'Orléans.

Jam nova progenies celo demittitur alto.

I
O louee conceptïon
Envoiee sa jus des cieulx,
Du noble lis digne sÿon,
Don de Jhesus tres precïeulx
Marie, nom tres gracïeulx,
Fons de pitié, source de grace,
La joye, confort de mes yeulx,
Qui nostre paix batist et brasse !
IILa paix, c'est assavoir des riches,
Des povres le substantament,
Le rebours des felons et chiches ;
Tres necessaire enfantement,
Conceu, porté honnestement,
- Hors le pechié originel -
Que dire je puis sainctement,
Souverain bien de Dieu eternel.
 
III
Nom recouvré, joye de peuple,
Confort des bons, des maulx retraicte,
Du doulx seigneur premiere et seule
Fille de son cler sang extraicte,
Du dextre costé Clovis traicte,
Glorïeuse ymage en tous fais,
Ou hault ciel cree et pourtaicte
Pour esjouÿr et donner paix.
IV
En l'amour et craint de Dieu
Es nobles flancs Cesar conceue,
Des petis et grans en tout lieu
A tres grande joye receue,
De l'amour Dieu traicte et issue
Pour les discordez ralïer
Et aux encloz donner yssue,
Leurs lïans et fers deslïer !
V
Aucunes gens, qui bien peu sentent,
Nourriz en simplesse et confiz,
Contre le vouloir Dieu attentent,
Par ignorance desconfiz,
Desirans que feussiez ung filz ;
Mais qu'ainsy soit, ainsi m'aist Dieux
Je croy que ce soit grans proufiz ;
Raison : Dieu fait tout pour le mieulx.
VI
Du Psalmiste je prens les dictz :
Delectasti me, Domine,
In factura tua, si diz :
Noble enfant, de bonne heure né,
A toute doulceur destiné,
Manna du Ciel, celeste don,
De tous bienfaits le guerdonné
Et de noz maulx le vray pardon.
Double Ballade

Combien que j'ay leu en ung dit :
Inimicum putes,  y a,
Qui te presentem laudabit,
Toutesfois, non obsant cela,
Oncques vray homme ne cela
En son courage aucun grant bien
Qui ne le montrast ça et la :
On doit dire du bien le bien.
 
Saint Jehan Baptiste ainsy le fist,
Quant l'Aignel de Dieu descela ;
En ce faisant pas ne mesfist,
Dont sa voix es tourbes vola,
De quoy saint Andry Dieu loua,
Qui de lui cy ne sçavoit rien,
Et au Filz de Dieu s'aloua :
On doit dire du bien le bien.
 
Envoiee de Jhesucrist
Rappeller sa jus par deça
Les povres que Rigueur proscript
Et que Fortune betourna,
Si sçay bien comment y m'en va :
De Dieu, de vous vie je tien.
Benoist celle qui vous porta !
On doit dire du bien le bien.
 
Cy devant Dieu fait congnoissance
Que creature feusse morte,
Ne feust vostre doulce naissance,
En charité puissant et forte,
Qui ressusite et reconforte
Ce que Mort avoit prins pour sien.
Vostre presence me conforte :
On doit dire du bien le bien.
 
Cy vous rans toute obeÿssance,
Ad ce faire Raison m'exorte,
De toute ma povre puissance ;
Plus n'est deul qui me desconforte
N'aultre ennuy de quelconque sorte,
Vostre je suis et non plus mien.
Ad ce Droit et Devoir m'enhorte :
On doit dire du bien le bien.
 
O grace et pitié tres immense,
L'entree de paix et la porte,
Some de benigne clemence
Qui noz faultes toust et supporte,
Se de vous louer me deporte,
Ingrat suis, et je le maintien,
Dont en ce refrain me transporte :
On doit dire du bien le bien.
 
Princesse, ce loz je vous porte
Que sans vous je ne feusse rien ;
A vous et a tous m'en rapporte :
On doit dire du bien le bien.
VII
Euvre de Dieu digne, louee
Autant que nulle creature,
De tous biens et vertus douee,
- Tant d'esperit, que de nature
Que de ceulx qu'on dit d'adventure -
Plus que rubis noble ou balais ;
Selon de Caton l'escripture,
Patrem insequitur proles.
VIII
Port asseuré, maintient rassiz
Plus que ne peut nature humaine,
Et eussiez des ans trente six ;
Enfance en rien ne vous demaine.
Que jour ne le die et sepmaine,
Je ne sçay qui le me deffant.
Ad ce propoz ung dit ramaine :
De saige mere saine enfant.
IX
Dont resume ce que j'ay dit :
Noua progenies celo,
Car c'est du poete le dit,
Jamjam demittitur alto .
Saige Cassandre, bele Echo,
Digne Judith, caste Lucresse,
Je vous cognois, noble Dido,
A ma seule dame et maitresse.
X
En priant Dieu, digne pucelle,
Qu'i vous doint longue et bonne vie,
- Qui vous ayme, ma damoiselle,
Ja ne coure sur luy envie ! -
Entiere dame et assouvie,
J'espoir de vous servir ainçoys,
Certes, se Dieu plaist, que devie
Vostre povre escolier Françoys.